L' U.M.T.S

 

Ces initiales ont fait beaucoup parles,beaucoup écrire et donné lieu à un véritable feuilleton politico- financier qui bien sur n'a rien rapporté  à l'état,signifient tout simplement "UNIVERSAL MOBILE TELECOMMUNICATION SYSTEM".

En effet il s'agit du système de télécommunication mobile dit de la troisième génération,destiné à véhiculer non seulement la voix mais aussi le multimédia (vidéo,images etc) avec un débit bien supérieur à celui du GSM.

HISTORIQUE

Les conditions d'attribution.furent un véritable feuilleton à multiples retentissement....

Je ne reprendrais pas tous les détails  je me contenterai d'en écrire le résumé après avoir voulu mettre les fréquences aux enchères comme dans les autres pays d  'Europe ,en particulier en Grande Bretagne, le pouvoir a finalement cédé au lobby des téléphones  avec des rebondissement successifs ressemblant à des combines de marchands  de tapis  orientaux. Après avoir été 4 au départ ils se sont trouvés deux puis trois.......les 3  opérateurs classiques, bref on prend les mêmes et on recommence!

Bref histoire de compromis , de marchandages  et de rebondissement successifs; de faux semblants et de non dit entre Bercy et les lobby du téléphone.Du pocker menteur qui finalement avait une fois de plus laissés face à face les trois opérateurs.....le Trésor Public n'ayant officiellement rien gagné contrairement aux  services financiers de sa très Gracieuse Majesté et d'autres voisins Européens.En fait ,aucun intérêt à revenir sur une telle histoire qui prouve la force des lobby  et la servilité des gouvernants de quelque bord soient ils!Accordé aux opérateurs par la précédente législature,la nouvelle s'est bien gardé de critiquer ou de modifier!Voila au moins un sujet d'accord parlementaire....avec l'augmentation du salaire des députés...Tous unis et que vive la France!

Qu'est ce que l'UMTS? Quelques commentaires!

Il s'agit du système de radiotéléphonie dit de la troisième génération qui n'a pas cessé  de faire parler de lui bien qu'en l'état de projet virtuel pendant plusieurs années et pour lequel on se demandait si ce système pourrait exister un jour.C'est une des raisons pour lesquelles je n'avais pas jusqu'à maintenant insisté sur ce sujet pour deux raisons

1-Je dois avouer que je ne croyais pas que ce système puisse voir le jour.....il s'agit d'un "truc de frime" pour homme d'affaires bien payé et prétentieux qui veut montrer au"vulgaire" qu'il sort de l'ordinaire et qu'il peut prendre Internet (ou ce qui lui ressemble) sur son téléphone;ou bien d'adolescent boutonneux qui veut tenter d'émerveiller les filles !

2-Je ne voyais pas qui en dehors d'une infime minorité  pourrait s'abonner à ce "machin"surtout qu'une majorité possède un ordinateur.Il est vrai qu'Einstein disait"Il y a deux choses infinies:la bêtise humaine et l'univers......pour l'univers je n'ai pas vraiment de certitudes"

En fait ce qui pouvait être prévisible est en train de se produire.On  peut lire sur le supplement économique du FIGARO que les espérences des opérateurts en ce qui concernel'UMTS tombent à l'eau.Sur ce même journal Marc Cherki ecrit"Coût délirant des licences,technologies concurrentes,succès mitigé auprès des consommateurs.La rentabilité du telephone mobile de troisième générationa du plomb dans l'aile"D'ailleurs en plus de ce qui me parait,c'est bien sur une opinion personelle ,être quelque chose de peu utile et à peine ludique,,e cout est élevé et la concurrence du WI FI et du WIMAX va sans doute ramener le projet UMTS dans la poubelle des télécommunications.La majorité se servira du portable pour téléphoner et envoyer des SMS

 

COMMENT CA MARCHEPour certains aspects,l'architecture du système UMTS se rapproche de celui du GSM en particulier sur les cellules de réception et d'émission.On distingue également les mono,les pico et les macro couvrant chacune des surf aces différentes,plus ou moins importantes.
L'UMTS se distingue du GSM par:

1-Sa bande de fréquences qui est comprise entre entre 1885 MHz et2200 MHz soit pratiquement celles du four à micro ondes

2-Sun multiplexage fréquentiel avec un système de codes pour chacun Système dit:CDMA(Code Division Multiple Access) A énergie constante le signal bande source          sera multiplié par le code d'étalement de type orthogonal (Selon Pierre Roulet)

3-La puissance autorisée par la loi Jospin qui est de 68 V/M ce qui est considérable

On voit donc par là  que la différence est importante et que de ce fait l'UMTS ne peut utiliser les infrastructures et les terminaux GSM.Le réseau comprend deux domaines un premier pour la téléphonie (voix)  le second pour la commutation de paquets ,le système de la troisième génération pourra véhiculer à la fois la voix et les données.

                                        ********************************

Je rapporte ci dessous un commentaire de l'un des co-auteurs du "LIVRE BLANC" le Professeur Danièl Oberhausen dont les explications résument le fonctionnement de ce système et les possibles nuisances

"Les expositions légales   en France pour les
hyperfréquences sont un vrai scandale! 41 V/m pour le 900 MHz (GSM), 58
V/m pour le 1800 MHz (GSM) et 61 V/m pour le 2100 MHz (UMTS),
cela au
motif que quand la fréquence augmente, le rayonnement pénètre moins la
matière vivante... On peut penser que ces valeurs ne seront pas
dépassées (elles sont létales je pense) mais les opérateurs ne risquent

jamais d'être inquiétés pour non respect de cette loi scélérate.

La nocivité des ondes de la téléphonie mobile est due pour une grande
part à leur modulation, mais l'idée que l'UMTS qui utilise un autre
partage que le GSM pourrait être moins dangereux a été tuée dans l'oeuf
par le remarquable travail des hollandais (TNO) publié en septembre
dernier : l'UMTS (CDMA) est largement aussi nocif que le GSM
(FDMA-TDMA).

Ces technologies sont numériques, l'information y est portée par des
signaux carrés de fréquences très variée. En GSM, on utilises
différentes fréquences porteuses (FDMA) et, sur chaque porteuse, le
temps est partagé par plusieurs utilisateurs (jusqu'à 8) (TDMA). Ce
double multiplexage produit une profusion de fréquences dont certaines
perturbent gravement le métabolisme, notamment en raison de la présence
de très nombreuses basses fréquences.

L'UMTS utilise le partage par code : une seule et unique fréquence est
utilisée par tout le monde mais le message de départ (basse fréquence)
est multiplié par un code (un certain  signal carré de fréquence plus
élevée). Tout le monde reçoit toutes les émissions mais pour y retrouver
la sienne, il faut multiplier l'onde reçue par le même code afin de
restituer le message. Une fois multipliée par le code, le signal voit
son énergie très étalée (Transformation de Fourrier) et on parle de
techniques d'étalement de spectre ou bien de CDMA (partage par code). Ce
serait fabuleux si cette technique ne donnait pas naissance à des
fréquences autour de 50 Hz et 100 Hz dont les riverains des lignes à
haute tension connaissent bien les nuisances. Mais alors qu'à quelque
200 mètres d'une ligne THT, le champ magnétique tend vers zéro, l'UMTS
baignera toute la population dans la pollution basse fréquence de type
EDF connue de ceux qui ont le malheur d'habiter sous une ligne.
En outre, l'UMTS génère tout un ensemble de fréquences annexes
similaires pour leurs effets biologiques à celles du GSM.

Le professeur Roger SANTINI  montre un certain pessimisme,surtout sur les puissances autorisées

 

COMMENT PEUT ON PRÉVOIR L'AVENIR DE L'UMTS?

Je viens de lire un article qui est paru sur le site TESLABEL COORDINATION,écrit par Treigner qui lui même rapporte une déclaration d'André Jolivet  qui prétend que l'UMTS va vers un Krach et ajoute que l'UMTS est une supercheriecar la 3D  semble devoir être remplacée parEDGE avec des téléphones haut de gamme,il ajoute que l'UMTS s'achemine vers un marché marginal et que la majorité de ses fréquences seront attribuées au GSM,il ajoute queWI-FI n'est que du bricolage et ce que l'on pourrait appeler la CB de LAN et que les choses sérieuses vont commencer avec l'hiperlan qui  pourra dépasser le Web avec d'autres systèmes de réseaux

On peut pratiquement répondre que l'avenir de ce système est sans doute sombre et cela pour plusieurs raisons:

a-On peut se demander à l'heure actuelle qui pourra tirer un intérêt quelconque de"surfer"sur le web avec un écran de 4 à 5 centimètres alors qu'il est plus facile de regarder confortablement un écran, d'ordinateur de 19 pouces chez soi ou au bureau

b-Le coût de l'investissement des structures relais qui devront être plus importantes que pour les GSM fera réfléchir les opérateurs qui vont sans doute ralentir.

c-Les terminaux UMTS se révèlent très complexes et l'on peut penser que le système ne pourra être en fonction d'ici un certain temps et mettra de longues année à couvrir le territoire!

d-Il faudrait au minimum une facture mensuelle pour les abonnés de plus de 400 franc en moyenne avec pratiquement le double d'abonnés pour que l'UMTS soit rentable au bout de nombreuses années. On peut de ce fait penser que les opérateurs ne proposeront pas d'abonnements à bas prix et que les publicités ne porteront pas leur fruit

e-En outre des expériences faites sur Paris ont montré que ce système interférait avec les GSM!!Il faudrait donc que les possesseurs de ces derniers terminaux se réabonnent à l'UMTS.et mettent à la poubelle leur appareil. Il y aura des défections sur les 30 millions d'utilisateurs

Un article d'Hervé Martin qui rapporte sur le Canard Enchaîné du 28 mars 2001 la réflexion d'un technicien du téléphone"Un opérateur qui se lance aujoe urd'hui dans l'UMTS décide d'investir 75 milliards pour construire une usine dont il ne sait pas exactement quels produits elle fabriquera et si il y aura des clients pour les acheter"

Plus pessimiste encore Daniel Arronssohn dans l'    EVOLUTION ÉCONOMIQUE de mars 2001qui intitule son article"Un fiasco prévisible" qui explique que d'ici que l'UMTS rentre en activité de nouvelles techniques risquent de détrôner ce système comme les GSM ont ruiné le marché des communications par satellites et il conclut"En voulant le beurre et l'argent du beurre,les pouvoirs publiques Européens on sans doute signé un cas d'école de politique industrielle ratée"

Ce que veulent la très grande majorité des usagers ,c'est téléphoner dans la rue et non pouvoir y regarder "ZORRO" sur  un écran de 4cme 

En effet les opérateurs sans doute sur la foi d'une étude de Marketing remettent les cartes sur la table et  semblent vouloir se mettre à l'UMTS en dépit sans doute d'un avenir commercial difficile .J'ai pu en effet lire sur le journal interne des Télécom "FREQUENCES"qu'Orange avait concocté un plan d'installation de relais UMTS d'ici fin 2004.On peut aussi supposer que les deux autres vont aussi faire le forcing.

Ils achètent littéralement les co- locataires de bâtiment élevés et les propriétaires de terrains propices.Et je ne parle pas des locations!Alors la bétise et l'attrait de quelques € que ne verront sans doute pas les agents du fisc entraîne une décision positive .Les syndics bienveillants ne doivent pas être oubliés par les opérateurs!

Il faut croire que les études prévoient un important bénéfice pour promettre de tels avantages financiers.Et en avant !!On raconte n'importe quoi et ça marche.Ces braves gens son contents alors pourquoi ne pas leur laisser croire qu'ils vont avoir le beurre et l'argent du beurre et que leurs voisins pourront peut être avoir des troubles mais qu'eux autres ne risqueront rien.Le "coup du parapluie"  qui est un mensonge commercial marche toujours mais l'avenir n'est peut être pas rose! Les deux opérateurs mobiles déploient progressivement leur réseau HSDPA. La 3,5G avec son débit atteignant déjà 1,8 Mbps devrait relancer l’intérêt pour le haut débit sur téléphone mobile, en particulier auprès des professionnels.
Après SFR, qui a lancé le 10 mai les premières offres de téléphonie mobile "très haut débit" dans cinq villes françaises, Orange étend ses expérimentations dans ce C'est pour cette raison que la plupart des opérateurs mobiles dans le monde passent déjà à la 3,5G. «L'UMTS n'aura été qu'une technologie de transition», commente pour ZDNet.fr, Marc Taieb, directeur général du cabinet de conseil Polyconseil, spécialisé dans les médias et télécoms.
Avec le HSDPA, les opérateurs comptent relancer l'intérêt pour le haut débit sur mobile, poursuit l'analyste. «L'engouement pour la 3G classique est encore relative du fait notamment d'un gain de débit peu élevé.»
Les opérateurs doivent redimensionner leur réseau
L'analyste tient cependant à relativiser les débits annoncés pour la 3,5G. «Les 1,8 Mbps sont des débits crêtes. La bande passante étant mutualisée, comme en Wi-Fi, ce débit baissera si un large volume d'utilisateurs se connecte sur la même antenne. Tout dépendra donc de la capacité des opérateurs à redimensionner leur réseau en installant plus d'antennes.»
Du côté des usages, les professionnels sont censés être les premiers bénéficiaires du HSDPA. Ils pourraient enfin être séduits par l'utilisation, dans des conditions confortables, d'applications métiers, estime Marc Taieb. SFR met pour sa part en avant «l'amélioration pour le téléchargement et l'échange de données». Orange domaine dans les communes de Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). L'opérateur mobile de France Télécom lancera ses offres commerciales pour les entreprises à la fin de l'été puis «quelques semaines plus tard pour le grand public».
Dans les deux cas, la technologie exploitée est le HSDPA (High Speed Dowlink Packet Access), également surnommée "3,5G" ou "3G+" chez SFR. Les deux opérateurs mobiles mettent principalement en avant le gain de débit offert par cette nouvelle technologie. Simple évolution logicielle du réseau 3G, sans changement d'infrastructures, le HSDPA permet ainsi d'atteindre 1,8 mégabit par seconde (Mbps) en 2006 chez SFR et Orange. En attendant de passer à 3,6 Mbps en 2007.
À titre de comparaison, la 3G basée en Europe sur l'UMTS offre un débit de 250 à 380 kilobits par seconde (Kbps) en réception, et l'Edge de 200 Kbps. L'évolution des débits devient donc très sensible avec le HSDPA.
évoque la possibilité de télécharger un e-mail avec une pièce jointe de 4 Mo en 30 secondes, soit trois fois plus rapidement qu'avec la 3G.
Pour le grand public, «le téléchargement de musique est l'usage qui a le plus de potentiel, puis de façon plus modérée celui de la vidéo», indique l'analyste. La TV sur mobile se fera quant à elle surtout avec les services en DVB-H, version mobile de la télévision numérique terrestre (TNT). S'agissant de la visiophonie en revanche, «la demande n'est pas encore là».
Reste enfin à observer comment les opérateurs vont répartir les différentes technologies mobiles haut débit: Wimax, Wi-Fi et 3,5G. «Le Wi-Fi s'adresse plus aux réseaux à l'intérieur des bâtiments. Entre le Wimax et la 3,5G, qui sont utilisables à l'extérieur, tout dépendra de l'attribution des licences d'utilisation qui sera faite par l'Arcep en juillet prochain», estime Marc Taieb.
«Si Orange ou SFR disposent d'une licence Wimax, il est probable qu'ils utilisent cette technologie pour couvrir les zones blanches, et le HSDPA pour les zones urbaines. S'ils n'obtiennent pas de licence Wimax, le HSDPA aura encore plus d'importance à leurs yeux et devrait donc être plus largement exploité».
Au 31 mars, SFR comptait 1,35 million d'abonnés à ses services 3G; il vise 2,5 millions à la fin 2006. Orange revendique 1,8 million d'utilisateurs 3G/Edge (sans distinction) et compte atteindre 2 millions à la fin juin. Enfin Bouygues Telecom a prévu de lancer directement le haut débit en HSDPA au printemps 2007.

 

Sources de renseignements:

Pr Oberhausen

ZN Net

Site TESLABEL
                                                                               modifications le 06/08/06

 

RETOUR PAGE ACCUEIL