Chaque progrès donne un nouvel espoir, suspendu à la solution d'une nouvelle difficulté. Le dossier n'est jamais clos.
Lévi-Strauss

            Les Basses fréquences

 

                               Les ELF,SLF,ULF,VLF

  

Les sigles ci dessus désignent ce que l'on appelle les ondes EM non ionisantes à très basses et basses fréquences  dans la plage  allant du simple Hertz  juqu'au environ de 500Hz

Leur principale source sont les lignes de transport électriques en mode alternatif à haute,moyenne et basse tension ainsi que les appareils ménagers ,les appareils TV,les transformateurs parfois situés dans des sous sols de maison dont la fréquencest de50 Hz en Europe et de 60 Hz aux USA Il ne faut pas non plus oublier et nous le verrons plus loin dans un chapitre spécial que les télephones portables et leurs relais cellulaires produisent aussi des basses fréquences  liées au multiplexage du système GSM,et bien sur l'UMTS (voir les chapitres spécifiques)

Utilisées dans les radiocommunication uniquement par les militaires pour communiquer avec  les sous  marins atomiques situés sous la banquise polaire ce qui est un paradoxe à l'heure des satellites! Notons cependant qu'elles ne sont utilisées que de manière ponctuelle.En effet si leur longueur d'onde est"Myriametrique" la puissance au feeder est absoluement fantastique de l'ordre du Mégawatt cvoire du Terrawatt.Il est bien evident qu'elles ne sont pas utilisées dans le domaine civil des radiocommunications
Les Soviértiques auraient fait des expériencesen tant qu'armes electromagnétiques mais les micro ondes pulsées sont actuellement plus étudiées....voire utilisées

Cette présentation rapide de l'utilisation militaire des très basses fréquences n'était cependant qu'un préambule destiné à démontrer que les lignes "à haute tension" (MT, HT, THT, EHT...) destinées au transport de l'énergie électrique alternative se comportent aussi comme des émetteurs d'ondes électromagnétiques de type "ELF-SLF" dont la longueur d’ondes est de 6 000 kilomètres et produisent des champs induits dont nous allons examiner les possibles effets pervers.

Ces lignes feront en effet l'objet de cette étude,car leur implantation à l'air libre a donné lieu à de multiples controverses entre les" pour et les contre"et de nombreuses études ont en principe eu lieu dans tous les pays.Mais ce problème est en train de rebondir actuellement ,madame la secretaire d'état chargée du développement durable a estimé qu'une enquete s'imposait actuellement sur une grande échèlle

De tous temps il y a eu des champs électromagnétiques à basses fréquences naturels terrestres ou extraterrestres. L’activité orageuse dans les zones équatoriales produit des champs à extrêmement basses fréquences qui se propagent sur toute la planète entre la surface terrestre et l’ionosphère avec des pics compris dans la bande des 8 à 32 Hz. Ces pics sont connus sous les termes de "résonance Schumann" de composante électrique ayant une intensité voisine de 0,01 V/m dans l’air et de composante magnétique de 1 à 10 nanoteslas   inférieures d’ailleurs au champ magnétique linéaire terrestre. L’utilisation de plus en plus importante de l’énergie électrique au cours de ce siècle a modifié de manière brutale cet environnement électromagnétique naturel surtout dans le contexte urbain. Les expositions aux champs EM de ces sources d’énergie intentionnelles   sont aujourd’hui dans les sociétés civilisées beaucoup plus intenses que celles dues aux champs naturels.

Nous en sommes actuellement à des champs électromagnétiques de fréquences diverses supérieurs à plusieurs millions de fois à ceux qui existaient au début du XXème siècle avant le développement de la distribution massive de l’électricité et des émetteurs intentionnels de radio fréquence.et bien sur du système de téléphones portables GSM

        QUELQUES RAPPELS DE PHYSIQUE ELEMENTAIRE

Les Champs électromagnétiques sont constitués d'une onde électrique et d'une onde magnétique qui se déplacent perpendiculairement ensemble à la vitesse de la lumière soit 300 000 Kilomètres par seconde. et qui sont caractérisés par une fréquence et par une longueur d'onde. La fréquence étant le nombre d'oscillations de l'onde par seconde Ces critères valent pour tous les champs électromagnétiques de quelque fréquence qu'ils soient (Voir chapitre "AVANT PROPOS")

Les champs à basses fréquences sont induits par les lignes de transport d'électricité et les appareils électroménagers domestiques,

LES CHAMPS  ÉLECTRIQUES

Le champ électrique se trouve là où se trouve une ligne de transport de courant alternatif, donc de tension électrique. Il est fonction du voltage de la ligne (HT, THT ) ou tout simplement de l’alimentation domestique ou industrielle en électricité (220 ou 380 volts). Le champ électrique s’exprime en V/M (Volts par mètres).

"Tout corps conducteur plongé dans un champ électrique va déformer les lignes de force de ce champ". De ce fait l'organisme vivant va se trouver intégré dans un circuit électrique et subira une migration des charges superficielles des tissus externes tendant vers l’équilibre des forces électrostatiques ; c'est le classique phénomène des "courants de pénétration" que décrit l'OMS dans le numéro 35 des "critères d'hygiène de l'environnement".

Si le sujet est isolé du sol par des chaussures plus ou moins isolantes, sa résistance "ohmique" sera élevée et s'ajoutera à la résistance de "capacitance" qui pour le corps humain est d'environ 300 microfarads.

Les fréquences basses et très basses, par suite de leur grande longueur d'onde ne sont pas limitées en pénétration. Elles traversent le corps Dès lors, la notion de "Taux d'Absorption Spécifique" ne leur est pas applicable. Il faut, en outre, tenir compte des sensibilités individuelles liées au "terrain personnel" et c'est là que se situe le problème, encore mal maîtrisé, de l' "effet-dose", lequel vaut également pour le champ magnétique induit.Ces ondes qui pénetrent peuvent en effet être la cause de phénomèné biologioques,ce que nous verrons par la suite

LES CHAMPS MAGNÉTIQUES ALTERNATIFS

Composants de toute onde électromagnétique, les champs magnétiques sont liés aux "courants de FOUCAULT" et sont insensible à la mise à la masse (ou mise à la terre) contrairement aux champs électriques. Ils sont la conséquence du champ électrique et comme lui peuvent être linéaires ou alternatifs. Si les champs électriques peuvent être "mis à la terre" les champs magnétiques traversent les corps organiques, animaux ou végétaux, les briques, le ciment et ne sont arrêtes que par les métaux ferromagnétiques et leurs alliages. Les unités de mesures sont l’ampère par mètre ; (1 ampère/m=environ 10 milligauss (mG).)

A leurs propos l’OMS écrit :

De même qu'un champ électrique est toujours lié à la présence d'un potentiel électrique, un champ magnétique apparaît toujours au passage d'un courant électrique. Avec les courants continus, il se forme un champ magnétique statique linéaire , semblable au champ magnétique terrestre ; au voisinage des lignes de transport de courant électrique alternatif par contre, il se forme des champs magnétiques alternatifs.

Le champ magnétique produit sous une ligne aérienne à haute tension porteuse de courant alternatif se comporte au niveau du sol comme un champ rotatif elliptique, dont la densité de flux maximale se constate soit sur la projection de l'axe de la ligne, soit le long des conducteurs extérieurs. Cette localisation dépend surtout de la disposition des conducteurs de phase.

Dans les habitations les champs magnétiques sont induits non seulement par les conducteurs électriques, mais aussi par les instruments électroménagers, les rasoirs électriques, les téléviseurs et les ordinateurs,  nous ajouterons les planchers chauffants et les radiateurs électriques de toute espèce

Dans la production de nuisances ce sont les champs magnétiques qui retiendrons notre intérêt.

                                   

Plusieurs  autres phénomènes sont à considérer, et là encore nous sommes obligés de faire une petite incursion dans le domaine de la physique avant d'entrer dans le vif du sujet :

a) L’effet électromagnétique agit par induction et peut créer un courant alternatif de même nature dans tout conducteur voisin, courant de même fréquence que le rayonnement inducteur ; C'est le principe dit du "courant induit"c’est ce qui explique que l'on éloigne les lignes téléphoniques des conducteurs d'énergie électrique afin d'éviter les perturbations. C’est cette dernière propriété qui agit sur les parties métalliques des mangeoires de bétail dans les étables situées à proximité des lignes HT et THT, phénomène bien connu de mes confrères vétérinaires et des éleveurs à ne pas confondre avec les courants dits"vagabonds" produits par le retour du terminal à la centrale traités dans un chapitre de ce site.

b) L'effet électrostatique ou effet condensateur dû à l’accumulation de charges.

c) L'effet "CORONA" qui transforme les molécules de l'air en ions positifs et négatifs ce qui rend l'air conducteur d'où les risques d'"amorçage" entre les fils proches ou entre les fils conducteurs d'électricité et les branches d’arbres. L'effet Couronne est aussi à l'origine de la production d'ozone toxique et irritant au dépend de l'oxygène atmosphérique. D'autres combinaisons chimiques peuvent également se produire entre l'oxygène et l'azote pour aboutir aux acides nitriques et nitreux, surtout en présence d'humidité. Cette pollution chimique relativement  importante s'ajoute aux nuisances possibles des CM Autre inconvénient : la production d’un "grésillement" plus ou moins fort, que l'on peut entendre, parfois 24 heures sur 24 dans l'environnement des lignes aériennes. bruit très pénible à supporter pour le voisinage

Les champs électromagnétiques engendrés par les lignes de transport de force de 20KV à 800KV peuvent ils être cause de phénomènes pathologiques

Un premier avertissement a été donné à la fin du siècle dernier alors que l’électricité en était à ses premières utilisations, mais aucune suite ne fut donnée à cette mise en garde.... C'était en 1897 !

Dans les années vingt l'électricité ne couvrait pas tout le pays. A cette époque il s’agissait de progrès et non encore de nuisances, les émissions de radiodiffusions en étaient à leurs premiers balbutiements et ce n'étaient pas les transmissions maritimes ou militaires, relativement peu nombreuses qui pouvaient représenter un danger potentiel. Pourtant certains auteurs avaient émis quelques réserves, mais aucune recherche sérieuse n’avait été entreprise au nom du "tout progrès". Il a fallu attendre les années 60 pour que soient lancés les premiers cris d'alarme. En France, c'est tour à tour l'Abbé J. BEHAGHEL Professeur de Science, puis le Docteur MASCHI et le Docteur vétérinaire QUIQUANDON qui tentèrent de mobiliser l’opinion. Plus confidentielles furent les publications des experts de l'INRS, lesquelles dès 1978 cherchèrent, mais en vain, à sensibiliser le pouvoir politique et administratif au sujet des nuisances "non ionisantes". On citera également les importants travaux menés en Allemagne par l'équipe munichoise du Pr. H. KOENIG Physicien spécialisé dans l'étude des nuisances EMNI. En 1972 avait eu lieu le Symposium de Varsovie sur les nuisances électromagnétiques de toutes fréquences. Enfin en 1981 l’OMS publia son ouvrage sur les nuisances EMNI.Ce livre est extrêmement intéressant  il est naturellement  demeuré confidentiel mais constitue une bible de renseignements qui n'ont pas vieilli au cours des années. C'est en fait une véritable bombe que les pouvoirs publics ont tout le temps ignoré!!!...ou voulu ignorer!

Les premières études épidémiologiques souffraient d’imperfections méthodologiques dues à l’imprécision des niveaux d’exposition et de l’absence de prise en compte des biais de confusion.

Il semble au début que l'on ait décrit les phénomènes biologiques constatés en tant que tels sur des animaux sans bien déterminer les dangers pour les êtres humains (OMS, CHE 16 page 54). Seule la rigueur mathématique peut affirmer ou infirmer, mais la méthodologie statistique est très difficile, car comme l'écrit Jean Claude Roucayrol (bulletin de l'Académie Nationale de Médecine 1993, n°6, 1031-1040, séance du 29 juin 1993) "comme toutes les études d'observation, ces investigations épidémiologiques comportent une susceptibilité particulière aux erreurs systématiques ou biais qui peuvent en altérer profondément les résultats. Trois types de biais sont habituellement distingués :

- les biais de sélection qui interviennent sur la constitution de la population réellement étudiée.

-les biais d'information qui interviennent sur le recueil de l'exposition et /ou de la maladie.

- les biais de confusion, qui font intervenir un ou des "tiers facteurs" perturbant la liaison "exposition- maladie".

ROUCAYROL, dans la suite de son exposé estime que les études "cas témoins" (comparaison de sujets présentant une certaine pathologie comparés à des cas témoins ne présentant pas la pathologie recherchée dont on s’efforce de trouver dans chaque catégorie les facteurs d’exposition qui feront l’objet d’une estimation), c’est une étude rétrospective, mais celles-ci sont plus susceptibles de biais que les études "de cohorte", qui comparent de manière prospective la survenue de la maladie chez des sujets exposés ou non. On peut donc parler de risque relatif lorsque sont présentés les résultats. R. R Monson "the analysis of epidemiologic data" compare le risque relatif et la force d’association et a établi une échelle de 1 à plus de 10.

Le problème de tous les  épidémiologiste  est celui des biais. Le Professeur DAURES du CHRU de Nîmes lors d'un colloque qui s'est tenu à Paris a d’ailleurs terminé son exposé par ces mots "...En conclusion il y a de fortes suspicions que les champs électromagnétiques augmentent les risques de leucémie et de cancer du cerveau. Cependant pour avoir une forte présomption de causalité, il faudra estimer avec plus de précision la dose cumulative de radiations reçues, tenir compte des variables de confusion et rechercher l'effet dose"

Une étude californienne récente datant de 1996 conclut que les champs électromagnétiques produits par les lignes à Haute tension et toute source de basses fréquences multiplient par quatre les risques de Maladie d’ALZHEIMER. Les auteurs de cette étude expliquent ce phénomène par un accroissement de la concentration en calcium à l’intérieur des cellules. Les électriciens, machinistes, ouvriers du textile, informaticiens, soudeurs, figurent parmi les populations les plus atteintes. Mais rien n’est prouvé de façon formelle.Dans ce cas aussi il faut tenir compte de la tolérance personnelle des individus et de leur potentiel immunitaire

 

Daniel DEPRIS a commencé des recherches d'abord sur les ondes radiofréquences  dès la fin des années 60 à la suite de son service militaire où il  avait eu connaissance de documents de l'OTAN ,cela avec des moyens très réduits et sans aucune subvention. C'est après 1980 qu'il s'intéressera aux fréquences ELF-SLF-ULF-VLF et à leurs effets biologiques. Il sera le fondateur de l’association A.U.R.O.R.E . Il est actuellement expert Européen dans cette discipline et présentement préside le C.E.P.H.E.S;Très actif autant que compétant dans ce domaine de l'électromagnétisme Danièl Depris a fait de nombreuses expertises très documentés qui ont fait de lui "La terreur d'EDF"

Comme on peut le constater les avertissements ne manquent pas en ce qui concerne la nocivité des radiations EMNI... Mais le silence règne encore bien des années après et la publication des résultats demeure "confidentielle" compte tenu des incidences financières pour les producteurs d'énergie et les industriels de l'électroménager, de l'électronique et de l'informatique.

Notons toutefois que recemment Madame laSecrétaitre d'Etat au développement durablea émis des doutes sur l'inocuité des champs EM des lignes de fgorces et s'est dite favorable à une enquète de haut niveau

Les nouvelles études épidémiologiques doivent actuellement se situer aux confins de la physique des processus au niveau des atomes, lesquels processus se dérouleront dans le cadre des bio molécules. Les recherches sur les états fondamentaux de la matière qui sont désignés par les états de non équilibre et par l’électrodynamique non linéaire imaginent des concepts situés aux confins de la biologie cellulaire. Il existe maintenant un nouveau projet de la définition de la matière vivante aux confins de la biologie cellulaire et moléculaire ; d’où définition de la matière vivante en ces termes de physique. On peut penser qu'il s'agit d'une forme d'approche de la médecine quantique

L’approche biologique est une notion qui date de 1971  par laquelle l’interaction des micro ondes avec les molécules biologiques se faisait par un unique quantum d’énergie absorbée à partir de chaque photon ou plutôt des associations de photons. Il y a donc des réponses non thermiques qui ne sont pas liées à l’échauffement des tissus .

L’épidémiologie est une science critique dans ce domaine. Les  épidémiologiste étudient des groupes de populations, dont les facteurs physiques sont souvent très variés particulièrement à propos de la force de protection du système immunitaire contre un large spectre d’infections de virus et d’effets des contaminant. Quand un épidémiologiste étudie une population connue ou supposée être exposée à un contaminant à un niveau supérieur à la moyenne il peut trouver un accroissement statistiquement significatif de certains indicateurs de santé. Alors il tente d’identifier d’autres facteurs tels le tabac, le niveau des ressources, l’âge, l’historique des maladies ; le sexe, la nature des activités appelées cofacteurs. Ceux ci sont étudiés avec soin car ils sont susceptibles d’influencer les résultats. Souvent ils sont pris en compte avec des ajustements, d’autres fois ils sont écartés parce que les cofacteurs sont susceptibles de causer l’effet nuisible étudié ( Les biais de confusion)

 

       LE "STRESS" ELECTRO MAGNETIQUE

Le stress classique est celui qui résulte de réactions provoquées par une agression ou par des stimuli enregistrés par nos organes sensoriels, par nos sens: vue, ouie, odorat, ou encore plus simplement par des mécanismes psychiques entraînant l'angoisse.

On assiste alors à une "réponse" faisant intervenir 4 hormones : ACTH, glucocorticoïdes, adrénaline et noradrénaline. Ce système déclenche à son tour la production de cortisone qui agit sur le système immunitaire.

Selon DEPRIS le "Stress ElectroMagnétique", procède d'un schéma assez semblable à celui des stress "classiques" mais se différencie nettement de ceux ci par le fait qu'il se déroule à l'insu de nos organes sensoriels. Il ne s'agit plus d'une réaction de l'organisme à des stimuli enregistrés par nos sens mais bien de réactions physico-chimiques découlant d' une agression directe de l'organisme par des champs EMNI ou d'une manière générale, de réactions résultant d'un déséquilibre énergétique.

Aux USA de nombreux travaux sont consacrés à ce sujet. Dans son ouvrage paru en 1987 Stevens (Electric power use and breast cancer : a hypothesis), paru dans l'American Journal of epidemiologie (April 1987), a décrit ses travaux relatifs à la glande pinéale et aux perturbations qu 'elle subit en cas d'exposition aux champs induits ELF, notamment en ce qui concerne la production de mélatonine. Il a ainsi démontré que la pollution EMNI pouvait, par processus physico-chimiques et altération endocrinienne engendrer des cancers.

PRESMANN en 1968 a formulé l’hypothèse d’une interférence directe avec les phénomènes bioélectriques et d'un rôle dans la transmission de l’information biologique, mais ces hypothèses attendent encore une confirmation expérimentale.

Actuellement les scientifiques sont unanimes pour penser que les champs induits ont une action sur la déstabilisation du métabolisme thyroïdien et en particulier sur la "sérotonine". Mais plus encore un effet de déséquilibre sur l' épiphyse avec anomalies au niveau de la production de la "mélatonine", régulateur des rythmes biologiques fondamentaux, et en particulier du système "veille-sommeil". C'est en fait une véritable horloge interne. KOENIG a démontré depuis longtemps les altérations du cycle circadien chez les personnes exposées aux champs magnétiques alternatifs. .

Selon DEPRIS "De par son système complexe la glande pinéale peut réagir à des fréquences électromagnétiques autres que celles du spectre visible, contrairement aux yeux dont la bande passante est strictement limitée aux ondes visibles et dans une certaine mesure, à une fraction des radiations infra rouge (avec des filtres spéciaux)"

Peu importent les fréquences,Lyle and al en 1983 montrèrent que les micro ondes modulées agissent comme de purs signaux à extrêmement basses fréquences, avec peut être un effet de pénétration plus profond dans les tissus.  

A propos de la mélatonine, Jean WEBER a rédigé plusieurs notes sur le thème "mélatonine et dépression" (Février et Avril 1990). Les perturbations du sommeil peuvent engendrer toute une série de troubles psychosomatiques.

SANTINI de Lyon a fait des études sur des singes irradiés par des rayons EMNI et a constaté des perturbations dans les dosages de la dopamine et de la sérotonine. Cet auteur cite encore une diminution de l’acetylcholinestérase mais sans effets durables Le même auteur signale qu’il a constaté chez un homme exposé de façon accidentelle à un champ magnétique de 60 Hz à la suite de deux expositions de six heures : un abaissement du taux de l’acide lactique déshydrogénasse et une augmentation des lymphocytes sans modification des dosages du calcium, du glucose, de l’albumine ni du potassium. Sur le plan clinique il a constaté une augmentation du rythme cardiaque mais par contre d’autres auteurs ont quant à eux signalé une diminution.....!

 

wpe3.gif (1513 octets)

 

EFFETS CANCERIGENES DES TRES BASSES FREQUENCES

Un très grand nombre de publications parlent des relations entre la survenue de cancers et l’exposition aux rayonnements électromagnétiques à basses fréquences. De nombreuses corrélations ont été mises en évidence .Bien entendu nous ne sommes  que dans le domaine de l'hypothèse,le bioélectromagnétisme n'a pas livré tous ses secrets et plusieures décennies seronrt encore nécessaire pour aboutir à des certitudes.De nombreuses études statistiques doivent être entreprises et de nombreuses expériences doivent avoir lieu.

En octobre 1990 l’Agence US de protection de l’environnement a publié un volumineux rapport intitulé "L’évaluation du pouvoir cancérigène des champs électromagnétiques" mais paradoxalement ce rapport portait les mentions "Ne pas citer" et "Ne pas utiliser comme référence", ce qui permet de se poser des questions sur un travail... à ne pas utiliser. Pourtant ce rapport est alarmant à bien des points car il conclut à un rapport de cause à effet ! Il semble que des pressions importantes se soient exercées sur le directeur du bureau d’agréement de l’EPA!.....

Les études Américaines sur ce sujet distinguent les "expositions professionnelles" concernant les travailleurs de l'électricité et du téléphone et les "expositions résidentielles" concernant les populations exposées aux champs électromagnétiques des conducteurs d'énergie. Ils font de même la différence entre les enfants et les adultes. Ces études sur les cancers infantiles démontrent le rapport de cause à effet entre l'exposition et les pathologies typiques telle que leucémie, cancers du cerveau ou encore les lymphosarcomes. Dans leurs statistiques ils incluent les facteurs extérieurs et paraissent très réservés sur le problème du classement des champs EMNI.

Pour W. DAB, SOUQUES et LOMBROZO "...Il existe néanmoins un certain nombre de perturbations des fonctions cellulaires qui sans être en relation directe avec les processus de cancérogenèse témoignent d'une interaction possible avec les mécanismes de la croissance cellulaire. Il s'agit notamment outre les perturbations du flux calcique transmembranaire déjà évoqué, de l'induction du système ornithine-décarboxylase (ODC) montrée sur les cellules lymphomateuses par BYUS, avec un effet fenêtre, et de plus une labilité, l'activité de l'ODC redevenant normale alors que l'exposition est maintenue"

SANTINI signale des effets d’interférence sur le matériel génétique en particulier dans la transcription de l’ADN et de l’ARN des cellules ainsi que des effets sur les chromosomes. Cet auteur signale avoir noté lors de ses recherches des altérations des gènes codant (en particulier le gène C-mye)qui induiraient des mitoses anormales lors d’expositions à des rayonnements électromagnétiques. Toujours selon SANTINI l’effet mutagène est la conséquence de l’interaction du champ magnétique terrestre statique et d’un champ magnétique alternatif. Si le champ magnétique statique est annulé l’effet génotoxique n’apparaît pas......Là encore aucune preuve formelle n’est venue étayer cette hypothèse.

Daniel DEPRIS raisonnant en physicien écrit page 142 de son ouvrage "Pollution Electrique et Haute Tension" :

"...En me situant dans l’optique de la physique des énergies, je suis tenté de croire que cette dernière voie de recherche, nettement plus fondamentaliste, permettra sans doute de trouver les clefs du problème (ou du moins celles qui nous manquent). Les organismes vivants, humains ou autres, ne sont en fin de compte que des "machines énergétiques", infiniment complexes certes, mais qui, fondamentalement, nous ramènent en dernière analyse des quantités infinitésimales d'énergie pure, protons, photons, qwarks..."

Le corps ne serait donc qu'un assemblage de particules élaborées en fonction d'une certaine ambiance "énergétique", celle que l'on pouvait mesurer au début du siècle, d'où déséquilibre par cette agression liée à l'utilisation intensive des ondes EMNI.

Les perturbations seront liées à des facteurs personnels de tolérance et surtout à la durée de l'exposition.En plus il faut ajouter les variations quasiment constantes de la puissance des lignes à 50Hz pourrait peut être avoir par elles mêmes un effet nocif.Ce sujet fait l'objet d'études de REPACHIOLI

 

ROLE DES MEMBRANES CELLULAIRES DANS LA DETECTION DES CHAMPS EM

Selon Ross Adey le site d’action des champs est la membrane cellulaire ; les chaînons de protéines agissent comme détecteurs de messages électriques et chimiques arrivant à la surface des cellules, les traduisent et les transmettent à l’intérieur des cellules. Les ions calcium (Ca++) jouent un rôle important à chaque étape de cette signalisation transmembranaires et ont été utilisé comme marqueurs des interactions des champs électriques avec une quantité de tissus et de cultures cellulaires. Les études concernant la fuite du calcium(efflux calcique), d’abord dans les tissus cérébraux ont révélé des sensibilités aux champs d’extrêmement basses fréquences et aux champs de fréquences radio modulées en ELF.Ces réponses obéissent à un effet fenêtre en ce qui concerne l’amplitude du champ ou la fréquence du champ ELF ou la modulation ELF de la fréquence radio ou les deux à la fois. Des études récentes concernant la fuite du calcium ont confirmé le rôle clé du calcium..En effet ce sont les ions positifs qui maintiennent la perméabilité membranaire dont les phospholipides sont négatifs.Si il yu a une activation par les ELF les ions K remplacent les ions Ca dans la membrane mais les ions k sont moins chargés que les ions Ca  et la menbrane devient perméable à de nombreux ions.Si par contre les ELF sont à la fréquence de résonance des ions Ca la menbrane est imperméable et de ce fait la cellule voit son métabolisme ralenti..

Les cellules non encore stimulées par les mitogènes ne répondent pas aux champs EM. Dès leur entrée dans la cellule les signaux transmetteurs activent une cascade d’enzymes. Cette cascade implique des enzymes messagères, des enzymes de croissance et des enzymes de régulation :

a) L’activité métabolique cellulaire est nourrie par l’ATP dont la défaillance implique l’enzyme en relation avec la membrane cellulaire l’adénylate cyclase celle ci est sensible aux champs EM  à basse fréquence.

b) les enzymes messagères protéine kinase activées par ces signaux en relation avec la membrane cellulaire diffusent des signaux vers de multiples structures y compris dans le noyau. Leur activité est modulée par les champs électromagnétiques à basses fréquences ou par les champs de fréquence radio modulé par les ELF (Byus et al).

c) la croissance des cellules et la synthèse de l’ADN impliquent l’enzyme ornithine décarboxylase qui synthétise les polyamines à partir de l’ornithine. Les polyamides semblables à des serpentins ont le rapport "Charge/masse" le plus élevé de toutes les bio molécules. Dans les noyaux cellulaires les polyamines sont essentielles dans la synthèse de l’ADN.Ces polyamines par suite de réactions complexes peuvent participer à une cascade d’évènements conduisant à la communication entre les produits oncogènes liés à la membrane cellulaire et à des produits oncogènes du noyau (Tabib and Bachrach, 1994).

Les nouvelles études épidémiologiques doivent actuellement se situer aux confins de la physique des processus au niveau des atomes, lesquels processus se dérouleront dans le cadre des bio molécules. Les recherches sur les états fondamentaux de la matière qui sont désignés par les états de non équilibre et par l’électrodynamique non linéaire imaginent des concepts situés aux confins de la biologie cellulaire. Il existe maintenant un nouveau projet de la définition de la matière vivante aux confins de la biologie cellulaire et moléculaire ; d’où définition de la matière vivante en ces termes de physique.

Le cancer peut être considéré comme une rébellion dans une société parfaitement organisée de cellules. Les cellules cancéreuses ne tiennent pas compte de leurs voisines et agissent de façon autonome sur des cellules normales environnantes. Etant donné que la communication intercellulaire joue un rôle important dans le maintien de la société organisée, elle doit être perturbée au cours du processus de carcinogenèse (Yamasaki 1987, 1990).

Des évidences confortent la position selon laquelle les rayonnements EMNI seraient une des causes déterminantes de la carcinogenèse ou tout au moins un de ses copromoteurs

Cette carcinogenèse se fait par étapes :

L’initiation implique des lésions au matériel génétique de l’ADN, mais ce peut être un élément isolé.

La promotion résulte de l’action d’agents exaltant nettement la formation de tumeurs lorsqu’ils sont répétitifs et par intermittence. Ils n’agissent pas sur l’ADN mais peuvent se lier aux récepteurs de la membrane cellulaire.

Les sensibilités neuro-endocrines cérébrales vis a vis des champs magnétiques ont été centrés sur des études concernant la mélatonine une hormone secrétée par l’épiphyse. Elle est synthétisée et sécrétée selon un rythme circadien puissant atteignant un pic nocturne vers 2 heure du matin chez l’homme et les animaux. Le cycle est fonction des variations du taux d’exposition à la lumière au cours de la nuit et eu jour pour différentes espèces. Sa variabilité est fonction d’une modification des champs électromagnétiques ambiants a été l’objet d’études importantes, en particulier celles de Djungarian sur des hamsters.

Au-delà des rythmes de l’activité diurne, la mélatonine est la clé d’un large éventail de mécanisme de régulation englobant le système immunitaire, réduisant l’incidence de certains cancers chez les souris et inhibant la croissance de cellules du cancer du sein (Hull and Black 1988) ? Lidbury and al.1994 auraient observé que cette activité inhibitrice de la mélatonine sur la croissance du cancer du sein humain est bloquée par des champs magnétiques 60 Hz à un niveau seuil de 1,2µT.De plus les patients porteurs de cancers du sein positifs aux récepteurs d’œstrogènes avaient des niveaux plus bas de mélatonine nocturne dans le plasma.

Des états non thermiques et l’électrodynamique non linéaire dans les systèmes biologiques offrent un grand nombre de possibilités (Adey 1961, Lawrence, Grundler et al, Frölich, Kaiser, Walleczek en 1994) ont trouvé la réponse à cette intéressante question dans les interactions des champs électromagnétiques avec les radicaux libres .wpe3.jpg (15063 octets)

Les radicaux libres sont des atomes ou des molécules possédant un ou plusieurs électrons libres, c’est cette particularité qui rend les électrons libres extrêmement réactifs (Walleczeck 1994) Dans les réactions chimiques, les liaisons se rompent puis se reforment. La plupart des réactions chimiques entre les atomes mettent en œuvre des électrons par paires avec des spin opposées ; un électron provenant de chaque partenaire dans l’union. La durée de vie des radicaux libres est extrêmement courte allant de la nanoseconde (10-9 seconde) à la microseconde(10-3 seconde). Au cours de cette très brève période se produit la réaction chimique, mais celle ci peut être altérée par les champs électromagnétiques quant à leur vitesse et le rendement en produits chimiques. L’action ne se produisant que sur la vitesse des réactions chimiques on parle d’effet magnétocinétique (Steiner et Ulrich 1989). Ceci ne se produit que dans les états non thermiques de système bio moléculaires définis comme une insensibilité aux interactions thermiques aléatoires durant la brève période de leur existence (Walkzeck) Ils sont la conséquence d’un saut quantique cohérent qui accompagne la formation d’un radical libre. Selon ADEY, "Un énorme effet d’un faible champ magnétique sur une réaction chimique et l’effet commence à la force la plus faible du champ magnétique appliqué". L’action se produit sur la vitesse de réaction. Grunder et al (1992 ) ont conclu que les champs magnétiques peuvent être actifs, même à des niveaux proches de zéro.

L’immunité tissulaire utilise comme médiateurs les lymphocytes circulant dans le sang. L’immunité humorale se différencie par l’utilisation de médiateurs anticorps circulant. Les cellules NK ou tueuses naturelles sont capables de lyser les cellules tumorales mais cette possibilité est réduite par l’exposition aux champs électrique alternatifs 50 Hz ainsi que par des champs de radio modulés par des extrêmement basses fréquences. Des lymphocytes d’amygdales humaines mis en culture sont sensibles aux champs de fréquence radio modulés par des ELF en répondant par une diminution nette mais passagère de l’activité de la protéine kinase messagère (Byus et al 1984).

Des études théoriques et expérimentales discutent des résonances à basses fréquences pour des combinaisons de champs alternatifs et continus variables en intensité ainsi que de phénomènes " fenêtre" pour des sensibilités liées aux amplitudes des champs alternatifs. Des modèles théoriques applicables à ces phénomènes montrent l’existence d’un problème commun d’actions conjointes du bruit de fond thermique et électrique inhérents aux cellules vivantes, à des températures normales. Le problème exprimé par ces modèles physiques est en relation avec des échelles de temps de l’ordre de 10-9 secondes des collisions thermiques qui pourraient tendre à interrompre les temps de cohérence de l’ordre de la miliseconde essentiels pour obtenir des interactions résonantes avec un champ appliqué à des fréquences situées entre 1 et 100 Hz.

Au-delà des rythmes de l’activité diurne, la mélatonine est la clé d’un large éventail de mécanisme de regilation englobant le système immunitaire, réduisant l’incidence de certains cancers chez les souris et inhibant la croissance de cellules du cancer du sein (Hull and Black 1988) ? Lidbury and al.1994 auraient observé que cette activité inhibitrice de la mélatonine sur la croissance du cancer du sein humain est bloquée par des champs magnétiques 60 Hz à un niveau seuil de 1,2µT.De plus les patients porteurs de cancers du sein positifs aux récepteurs d’œstrogènes avaient des niveaux plus bas de mélatinine nocturne dans le plasma.

A partir de ces perturbations moléculaires nous en arrivons au problème des cancers.

Bien avant 1970 LERICHE dans son étude sur le cancer notait à cette époque "...Ces exemples montrent l'influence des radiations électriques sur l'équilibre vital et leur action perturbatrice sur les phénomènes physico-chimiques de la cellule. On peut en déduire que les courants à haute tension répandus à la surface de la terre, de même que l'abondante diffusion des courants électriques dans les appartements, où ils sont destinés à des usages les plus variés peuvent avoir une part importante dans le déséquilibre des constantes électriques intra cellulaires qui constitue un des facteurs fondamentaux de la cancérisation..." La pollution électrique renforce et entretient l'état cancérisable en s'ajoutant, bien sûr, à d'autres facteurs environnementaux.

Lorsque les cellules sont saturées sur le plan énergétique c’est l'adénosine triphosphate qui mettra en activité les enzymes dont le rôle consiste à catalyser la mise en réserve de l'énergie potentielle sous forme de graisses et de glycogène. Il est évident que lorsque l'organisme est plongé dans un champ de pollution énergétique, au-delà d'un certain seuil, l'ATP ne peut plus jouer son rôle compte tenu de l'énergie excédentaire qu'elle ne peut réguler.

"C'est en Europe occidentale, dans les années 30,que les premiers travaux de biologie mirent en évidence les processus physico chimiques qui constituent la base de toutes les recherches en cours actuellement. Mme PULLMAN (laboratoires de Lacassagne et Joliot Curie) mit en évidence dans certaines substances cancérigènes une liaison physico chimique au niveau de la couche K des molécules. Cette étude mit aussi en évidence une loi quantitative très précise reliant l'activité des substances cancérigènes à la concentration des charges électroniques dans certaines régions, bien précises de leur structure moléculaire" (Daniel DEPRIS - Pollution Electrique et haute tension, page 153).

 

EXPOSITION HUMAINE ET CANCER

Il y a deux sortes d’exposition celles liés à l’habitat. et celles liés à l’activité professionnelle, les enquêtes pratiquées sont extrêmement intéressantes.

EXPOSITIONS RESIDENTIELLES

 

                

 

Dans le premier cas il s’agit tout d’abord de riverains des lignes de transport de courant alternatif, dont on estime en France le nombre à 450 .On cite ce que l'on pourrait appeler l'affaire de Coutiche, banlieu de Douai où EDF a installé dans les années 80 une ligne THT de 800 KV passant au dessus des maisons pour ceder aux revendications des agriculteurs qui ne tenaient pas à ce que les lignes passent au dessus de leurs champs. EDF s'était alors engagée à procèder à des mesures des flux magnétiques ainsi qu'à surveiller les constantes immunitaires des habitants. Mais bientôt on constata des céphalées des troubles du sommeil et de nombreuses manifestations somatiques et le premières prises de sang montrèrent des carences en fer alors qu'on relevait de 5 à 10 ùT dans les maisons suivant la position.A la suite EDF acheta les maisons les plus exposées au double de leur valeur.

Les enfants semblent tout particulièrement victimes car LONDON a étudié l’association entre le risque de leucémie et la présence de lignes électriques à proximité de l’habitation et surtout dans le cas de lignes en réseau et surtout des hauts voltages. Fait paradoxal selon les études de FEYTCHING aux USA les cas de leucémie chez l’enfant seraient plus élevés dans les maisons individuelles que dans les logements collectifs cette étude a été faite en 1993. (Notons que la plus grande partie de ces études ont été faites aux USA, au Danemark et en Finlande). D'ailleurs René De Seze recommande d'éviter la proximite des lignes THT aux enfants

Dans l’"European journal of cancer" (Vol 31A n°12 pages 2035 à 2039) on trouve les résultats groupés de l’analyse groupée de deux enquêtes scandinaves et publiées à la fois par l’Institut Karolinska de Stockholm, l’institut de biométrie médicale et d’informatique de l’Université Albert Ludwig de Freiburg et l’institut danois du cancer portant sur les "Champs magnétiques et cancers infantile". Il s’est agi d’une étude "cas témoins" portant sur des enfants vivant à moins de 300 mètres des lignes de transport de force pour les Suédois et pour les Danois prenait en compte la population totale du Danemark. Dans ces deux études les registres nationaux du cancer ont été utilisés pour identifier les cas de leucémies, de lymphomes ou de tumeurs du système nerveux central. Des sujets témoins ont été choisis au hasard parmi les populations de ces études. L’exposition aux champs magnétiques a été estimée par calcul théorique des champs magnétiques avant le moment du diagnostic. Un risque relatif élevé de leucémies infantiles a été relevé pour des niveaux de champs magnétiques alternatifs calculés supérieurs ou égaux à 0,2 µT, ce risque se situe à 2 (Intervalle de confiance à 95% de 2,1 à 12,6). Pour des niveaux supérieurs à 0,5µT le risque est estimé à 5,1 avec un intervalle de confiance à 95% de 2,1 à 12,6.

Ces résultats corroborent l’hypothèse selon laquelle une association entre les champs magnétiques et les leucémies infantiles existe. On peut remarquer une relation nette entre l’intensité du champ magnétique subi et le nombre des leucémies observées.

Le principe de cette enquête consistait à prendre en considération toute personne ayant moins de 16 ans et ayant vécu à moins de 300 mètres d’une ligne HT de 220 kV ou 400kV au cours de la période allant de 1960 à 1985.127 000 enfants ont été identifiés. Les cas de cancer ont été connus grâce au registre national du cancer. Quatre sujets témoins ont eté choisi au hasard parmi les personnes de la base de l’étude. Pour chaque cas les sujets témoins ont été choisis parmi tous ceux qui étaient inclus dans l’étude de base durant l’année du diagnostic, qui étaient nés la même année qui étaient de même sexe, qui vivaient dans la même commune pendant l’année du diagnostic ou au cours de l’année précédent le déménagement de la zone et qui vivaient auprès de la même ligne à HT que le cas. Pour que les études concordent avec celle de Danois, Les Suédois a été restreinte aux leucémies, aux lymphomes et au cas de tumeurs du système nerveux central.

La base de l’étude danoise a repris l’ensemble de la population du Danemark dont l’âge était inférieur à 15 ans de 1968 à 1986. Les cas de leucémique lymphomes malins et de tumeurs du système nerveux central ont été connus par le registre national du cancer Les sujets témoins ont été choisis au hasard, correspondant à l’âge et au sexe.

La seule différence entre ces deux études est que l’enquête danoise porte sur tout le territoire. La mesure du champ magnétique moyen a été calculée au moyen des enregistrements détaillés des transits sur les lignes de transport de force.

Ces études ont éliminé les biais de sélection grâce au fait qu’il existait un registre des populations utilisé dans les pays scandinaves

Aucune de ces deux études n’a tenu compte d’autres sources de champs magnétiques. Cependant il n’y a pas de raison de croire qu’une mauvaise classification des expositions dues à d’autres sources puisse amener des différences entre cas et sujets témoins. Par conséquent une telle classification erronée conduirait à une dilution de l’effet réel et ne pourrait pas expliquer l’association entre la leucémie infantile et l’exposition aux champs magnétiques.

L’impact potentiel sur la santé publique des expositions aux champs magnétiques n’est pas possible à évaluer. Actuellement on ne connaît pas avec une certitude absolue le mécanisme par lequel le champ magnétique entre en interaction avec le système biologique et les connaissances sont limitées concernant l’"effet dose". On peut aussi se poser la question sur la possible prédisposition, la véritable cause et le moment où se déclarent les effets pathologiques. En plus il ne faut pas s’en tenir à une tranche d’age et voire aussi les effets chez les adultes

En ce qui concerne les adultes une association significative a été trouvée entre l’environnement électrique dense et certains cancers. Dans l’étude de Maria FEYTCING et ses collaborateurs de l’Institut Kariolinska et de l’institut national de médecine du travail de Suède il est mis en évidence un risque de cancer du sang dans un couloir de 300 mètres de part et d’autre de lignes de transport d’énergie électrique de 220 et 400 Kilovolts, la durée d’exposition étant pratiquement permanente. Cette étude a porté sur 400 000 cas. Entre 1960 et 1985 ces chercheurs ont trouvé 325 leucémies et 223 cas de pathologies cérébrales diverses. Cette étude a porté sur des sujets de sexe différents habitant au même endroit. Ces chiffres sont supérieurs aux résultats des cas témoins.

Dans Science et Avenir pour février 2002 un interessant article de Laurent Clause parlant de la pollution EM raconte l'histoire d'un couple  qui a acheté un appartement situé au dessus d'un transformateur EDF ce qui a donné lieu à une controverse avec EDF malgré la mesure du CM qui était de 1,3µT. EDF s'est appuyé sur une reglementation europééne qui tient compte de la valeur moyenne,laquelle recommandation est fort subtile comme le confirme Jacques Lambroso responsable des étude médicales d'EDF"Le texte distingue deux valeurs:la restriction de base et le niveau de référenceLa première correspond à un niveau d'exposition fondé sur l'induction des courants dans l'organisme,autrement dit aux valeurs maxima des champs autorisés afin de prévenir une réaction du système nerveux.La seconde résulte d'une moyenne géométrique et correspond au niveau de champ auquel l'organisme peut être exposé durant 24 heures"

Par ce biais les "champs maximum" de  23 V/m et 1,3 µT mesurés dans la chambre  deviennent parfaitement conformes et les propriétaires n'ont ainsi aucun motif de plainte!En plus ma consoeur Martine Souques du service médical d'EDF ajoute"Près d'un transformateur ou d'une ligne THT,les champs EM varient considérablement dans le temps,on peut trouver des CM avec des pics supérieurs à 100µT sans que le signal de référence ramenéà une moyenne sur 24 heures ne dépasse la norme européenne"Il est évident que dans l'administration personne ne crache dans la soupe! Quant aux hommes politiques mieux vaut ne pas en parler.

Pour EDF par consequent le transformateur demeure conforme aux normes.Le prppriétaire a fait une thrombose cérébrale,bien sur d'autres on fait des thromboses sans cause apparente liées simplement à un état pathologique et en dépit d'une étude russe qui cite les thromboses comme conséquence possible d'une exposition aux CEM.Pour EDF le bénéfice du doute ne joue qu'unilateralement

En dépit donc d'une exposition elevée reconnue par les chercheiurs indépendants,les ^propriétaires n'ont rien à attendre d'EDF  vu les directives européennes et vivent ailleurs ....sans espoir de vendre un tel appartement

Certains chercheurs sont convaincus que les champs magnétiques alternatifs joueraient un rôle pathogène moindre que les champs électriques dont l’effet serait plus important si l’on tient compte de l’instantanéité des harmoniques, des émanations de radon, des courants telluriques et des fréquences radio qui suivent les lignes de transport de courant. Mais les avis sont partagés sur ce point !

 

Pilônes.jpg (8217 octets)

EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Pour certaines professions, l’exposition aux champs EM est constante et importante ; en particulier :

Les travailleurs de l’électricité

Les travailleurs du téléphone, de la radio, les radaristes (forces de l’ordre, aviateurs)

Les travailleurs de la SNCF des lignes électriques

Les soudeurs

Les travailleurs de l’électronique

Sur ces différentes catégories de nombreuses études ont été faites, surtout par les Américains.

Il en ressort que le risque majeur reste la leucémie (augmentation de 20% par rapport à une population non exposée). Mais les chercheurs de l’INSERM en particulier GUENEL en 1993 a mis en évidence des associations avec :

Des tumeurs cérébrales

Des cancers du sein chez l’homme

Des mélanomes malins

Pour les tumeurs du cerveau le risque est de l’ordre de 8%. Pour les cancers du sein chez l’homme la multiplication du risque est infime ; quant aux mélanomes une corrélation a été trouvée dans 4 études sur 6. En ce qui concerne les femmes exposées le cancer du sein montre une augmentation significative (+40%).

L’importante étude de type "cas témoins" faite par EDF associée à deux compagnies canadiennes : Hydro Québec et Ontario Québec impliquant les travailleurs de ces compagnies a été publiée en mars 1994 par l’American Journal of Epidemiology Elle était intitulée "Risque de cancer lié à l’exposition professionnelle aux champs magnétiques de très basse fréquence". Elle a porté sur 223 000 salariés pour une période s’étendant de 1970 à 1989.Il s’agissait de travailleurs dont l’exposition cumulée était supérieure à 3,1µT et cette étude a montré un risque plus grand d’être atteint de leucose aiguë ou lymphoïde (2,41 fois plus) et de leucémie Myéloïde (3,15 fois plus). Il faut toutefois noter que ces cas sont apparus après une très longue exposition (20 ans chez les électriciens). La corrélation est relativement faible mais reste significative et implique l’obligation de poursuivre les recherches. Ces conclusions rejoignent celles des études suédoises sur l’exposition résidentielle.

D’autres études américaines ont montré une action de la mélatonine dans un processus anti cancéreux par augmentation nocturne de la melatonine dont la diminution par suite de persistance de la lumière ou par exposition aux rayonnements EMNI augmenterait les risques de cancer du sein. SANTINI explique ce phénomène en dehors de l’action des champs électro magnétiques par l’effet lumière de la nuit (selon lui l’environnement lumineux supérieur des zones urbaines est corrélable avec une mortalité supérieure par cancer du sein). Mais il n’y a pas de preuves formelles de cette hypothèse intéressante qui mériterait des études supplémentaires.

Comme nous avons pu le voir l’interprétation des résultats reste sujette à caution pour de multiples raisons dont :

Le fait que les sujets témoins sont également soumis à d’autres champs électromagnétiques ambiants et ce fait peut minimiser les résultats. On peut aussi émettre l’hypothèse d’une potentialisation des fréquences les unes sur les autres.

La présence dans l’environnement d’autres rayonnements EMNI de fréquences diverses (radiofréquences, champ magnétique terrestre).

Notons pour clore ce chapitre que l’Institut Américain du Cancer a conclu le 3 juillet 1997 qu’il n’y a pas d’évidence permettant d’affirmer que les champs électromagnétiques produits par les lignes de transport de courant alternatif augmentent les risques de leucémie chez les enfants. Ces affirmations ont été publiées dans le "New England Journal of Medicine"

MacPhee de l’Ecole de microbiologie de l’Université La Trolee déclare dans le journal australien "The Australian" que les lignes de transport de force n’émettent pas assez d’énergie pour provoquer le cancer chez l’enfant ou toute autre forme de cancer. Selon Mac Phee se sont les médias et les études douteuses voir tendancieuses qui ont perpétué le mythe de la relation entre les lignes à haute tension et le cancer. Cette façon de voir est également avancée par les médias aux USA et largement diffusée comme prétexte permettant d’interrompre tout financement des recherches ultérieures à ce sujet (Don Maisch, EMF Acts Information Service, Tasmania).

Le 4 juillet le journal EM Acts a consulté par e-mail le professeur W.R.ADEY, l’un des plus réputé chercheur américain sur les rayonnements EMNI, sa réponse fut la suivante "Certains parmi nous ont travaillé sur la publication de l’institut National du Cancer au cours du dernier week end. Sam Milham, l’épidémiologiste de l’état de Washington et un pionnier dans ce domaine a souligné que si les chercheurs avaient placé le niveau de 3 mG comme niveau de sélection statistique, les conclusions auraient été diamétralement opposées, c’est à dire qu’il y a bien un risque significatif. Le choix de 2mggG est tout seuil au-delà duquel le risque croit exponentiellement".

Il faut préciser ,coome le fait un article de "Science et Avenir " en date du 01/12/2001 que si les micro ondes sont absorbées par les premiers millimètre de notre organisme,les ELF le traversent sans que rien ne les absorbent ni ne les attenue.Ensuite parce que les dites fréquences correspondes aux fréquences des ions de Ca,Mg,K et Na etc présents dans notre organisme.De quoi suspecter fortement une possible interaction voitre des interactions des champs Em de l'exterieur  sur ceux de notre interieur

Lors du récent Symposium International de Bologne, Scuz de l’Université de Mayence exposait une publication où il associait des enfants de Berlin et de Saxe du Sud, vivant dans des habitations à exposition s élevées. Ce travail révéla un risque relatif de 6,8 pour les enfants au-dessous de 4 ans. Ainsi l’attitude prise par l’Institut américain du cancer manque totalement de réalisme. Richard Stevens ,l’épidémiologiste de Batelle et éditeur d’un livre récent concernant la mélatonine et le cancer du sein a écrit une lettre de réfutation au "New England Journal of Médicine".

En fait les résultats des études actuelles ne permettent pas d’exclure le rôle des rayonnements électromagnétiques dans les processus de cancérisation. Mais la preuve bien que significative n’est pas absolue. Il faut continuer dans la même voie et poursuivre les recherches.Ce que l'on peut dire c'est qu'il existe des correlations entre les CEM et les leucemies et que les CEM pourraient être cancereux

Il faudrait par pure précaution limiter les expositions des population à des champs magnétiques inferieurs à 2 milligauss.

     LES VIRUS                                  

En 1948 J. MAISIN reprend la théorie de R. GREEN (de Minneapolis), selon laquelle "...Les virus ne sont que des formes dégénérées de micro organismes qui, après des années de parasitisme intime avec des êtres supérieurs, en arrivent peu à peu à perdre la plupart de leurs propriétés enzymatiques ordinaires. Ils ne peuvent plus subsister et prospérer qu'au contact des cellules vivantes qui métabolisent pour eux pratiquement tous les éléments dont ils ont besoin pour se multiplier c'est à dire effectuer l'auto catalyse synthétique, menant à l'augmentation de leur propre masse". MAISIN ajoute "...Quant on songe à la présence, dans l'organisme, de divers virus ubiquitaires, d'habitude non pathogènes, qui changent complètement de comportement, SUIVANT LES CIRCONSTANCES DU MILIEU, et peuvent quasi s'intégrer à la substance de leur hôte, en perdant peu à peu leurs caractères nocifs et infectieux, on se demande quelle pourrait bien être la limite entre ces riboprotéines exogènes et les ribonucléines endogènes de l'hôte lui-même ? ..."

Après avoir cité des travaux de CLAUDE et de MURPHY, le Docteur MAISIN en arrive à la conclusion suivante :

"...Le cancer serait ainsi la résultante d'une sorte de mutation survenue dans le matériel granulaire caractéristique de la cellule, dans ses nucléoprotéines... Les virus, que l'on pourrait considérer comme des variétés de microsomes pathologiques, quand ils sont capables de s'adapter et de s'intégrer au système nucléoprotéique du protoplasme, sans lyser trop rapidement celui ci, sont également capables, dans ces conditions, de provoquer un cancer puisqu’ils sont une mutation, toute réalisée déjà, de nucléoprotéines, par rapport aux nucléoprotéines de la cellule, qu'ils parasitent et qu'ils se reproduisent comme le feraient des microsomes anormaux d'origine endogène provenant d'une nucléoprotéine mutée. D'après une telle conception du cancer, il n’y aurait, comme différence entre les cancers à virus et les autres cancers que le fait que les nucléoprotéines des uns (cancers à virus)se reproduisent plus facilement à l'état isolé que les nucléoprotéines des autres (cancers sans virus) et ce encore jusqu'à nouvel ordre. Au fond la différence de base résiderait dans le fait que les nucléoprotéines des autres cancers sont d'origine exogènes, tandis que les nucléoprotéines anormales des virus sont d’origine endogènes, comme on pourrait actuellement démontrer le contraire ! ..."

MAISIN a également étudié les "courants de BURR", champs électro magnétiques étudiés par H.S.BURRà l'université de Yale .On se demande si ces courants ne seraient pas les restants d'un système nerveux primitifs ils semblent caractériser la matière vivante,ils disparaissant avec la vie et subissant des modifications en cas de cancer, précédant même l’apparition de celui-ci. MAISIN se pose alors la question : "Sont-ils une des clefs du problème ?"

Ceci ramène à quelques constatations (DEPRIS, page 155, Pollution Electrique et haute tension) :

1°) Cancers et maladies virales appartiennent, dans les grandes lignes, à la même famille pathologique découlant de l'altération des mécanismes physico chimiques intra cellulaires.

2°) Il est établi, depuis des dizaines d'années que les modifications de l'équilibre environnemental sont de nature à engendrer, soit des cancers, soit des nouvelles souches virales.

3°) L'étude approfondie des courants électro magnétiques internes(ici nommés courants de BURR) pourrait fournir les clefs encore manquantes, surtout si l'on analyse la manière dont ces courants internes sont perturbés par les champs exogènes.

DEPRIS ajoute "... J'ai personnellement la certitude que des nuisances énergétiques sont susceptibles, non seulement de favoriser le développement des cancers et des maladies à virus mais aussi de générer ces maladies en déstabilisant les mécanismes biologiques, cellulaires et moléculaires, qui sont le fondement même de l'activité humaine, animale et végétale".

Le professeur William Dab ,quant à lui se pose la question de l'effet possible des ondes EMNI sur la santé mais estime que dans ce domaine on en est encore au stade exploratoire et qui termine l'entretien ainsi "Nous ne pouvons pas affirmer façon absolue qu'il y ait danger. Ce problème selon les épidémiologiques ne serait pas à l'heure actuelle majeur, mais il y a suffisamment de fumée pour continuer à chercher le feu"

 

      

            QUE FAIRE POUR LIMITER CES NUISANCES ?

ARRETEZ ! !              

wpe4.gif (4517 octets)                          

type MT, HT, THT et EHT.

2°) Interdiction pure et simple de construire des habitations ou bâtiments (professionnels, publics ou autres) dans le couloir de sécurité, et obligation de désaffecter les bâtiments déjà situés dans cette zone et ce dans les délais les plus brefs, et, en tous cas, dans les douze mois suivant la prise de décision".

1°) Blocage de tous les dossiers relatifs à l'implantation de nouvelles lignes aériennes à courant alternatif

Par la suite, selon DEPRIS, "les trois axes majeurs de cette révision doivent être les suivants :

1°) Réduction des gaspillages énergétiques(encore trop importants en Europe) et de la consommation globale tout en demeurant dans les limites compatibles avec le maintien des activités économiques normales et l'assurance d'un niveau de vie acceptable.

2°) Retour aux courants continus, y compris au niveau de la production, du transport et de la distribution dans le cadre d'un programme à long et moyen terme.

3°) Enterrement systématique de toutes les nouvelles lignes de transport et de distribution de l'énergie électrique ainsi que des lignes anciennes à restaurer ou améliorer".De ce fait les champs magnétiques des trois phases placées en trèfle s'annulent

 

Le 14 Mars 2000 M.Blazy député du Val d'oise a présenté un amendement (N°904) qui a éte voté à l'unanimité par la chambre en première lecture par lequel les lignes THT seraient transformées en" installations classées",donc potentiellement dangereuses. Cette initiative est intéressante car elle devrait aboutir à interdire toute construction sous ou à proximité des lignes THT.Cet amendement, venant modifier l'article 1er de la Loi du 19/07/76,relative à ces fameuses installations classées, est en fait le prolongement du principe de précaution.......mais cet amendement sera n'en doutons pas rejeté par le Sénat.On n'en parle plus en 2008 Il a du s'agir d'une simple manoeuvre électorale .Ce que disent ou proposent  les hommes politiques n'engagent que ceux qui y croient!Dans certyains cas ils proposent et votent  sachant que cette loi sera rejetée par l'autre chambre!!!   

Espérons que ces sages propositions ne resteront pas à l'état de vœux pieux ! Il faut vivre avec le progrès mais l'aménager dans un sens positif en s'efforçant d'éviter les nuisances. Il serait bon dès maintenant de prendre toutes les dispositions pour supprimer les dangers qui nous menacent

Par contre le parlement européen en date du 5 mai 1994 prévoit de nombreuses mesures dont il reste à souhaiter l’application stricte (PE 181.838 du 05/05/1994). Ce document est toutefois extrêmement intéressant car il passe en revue tous les dangers possibles des rayonnements Emni et les moyens de protection des populations.

Certains pays tels les USA et certains pays de l’Est proposent- des mesures encore plus rigoureuses. Mais il ne faut pas oublier que d’énormes intérêts financiers sont en jeu et que l’attitude de certains scientifiques est assez ambiguë. Beale fait remarquer que beaucoup d’entre eux redoutent d’être considérés comme "soft minded" par leurs pairs. Accepter la vraisemblance d’un nouvel effet qui peut être sera discrédité un jour est inacceptable pour beaucoup. Les expériences de l’amiante et des radiations ionisantes fournissent des exemples ce que peut coûter une attitude erronée

 

       

Document transmis par Mr Maurice Colombel

D’autre part tout est fait pour empêcher l’accès du public à l’information objective. Les contre vérités circulent facilement. Si les experts ne sont pas d’accord sur un risque ne veut pas dire que ce risque n’existe pas même si l’on n’arrive pas à le prouver de façon formelle, il peut y avoir des corrélations.

Adey estime que les populations ne devraient pas être exposées à plus de 0,1milliwatt/cm², au-delà il y a danger. On fixe aussi par sécurité la limite d'exposition aux champs magnétiques à un milligauss .Mais de nombreuses personnes vivent bien au dessus de ces normes.

DBien entendu,on n,e peut supprrimer ls lignes de transport d'énergie électrique,mais on pourrait les enterrer ce qui limiterai les degats et surtout empécher toute construction dans un rayon de 300 mètres minimum autour de ces lignes

  Dernière mise à jour le 24/03/08

 

 

Retour vers page accueil du site